Valentin Ranger - Reiffers Art Initiative

Valentin Ranger

Encore étudiant aux Beaux-Arts de Paris, l’artiste décrit le paysage qui habite son esprit comme un “immense opéra”. Avec une formation en théâtre, le jeune homme a d’abord trouvé la confiance de s’assumer tel qu’il était, avant de se heurter aux limites du corps humain.

Prélude a Genesexus. Chant XY.1 - La Déconfiguration de Vesale Vitruvio

Valentin Ranger, 2021

À quoi rêvent ceux qui n’auraient pas le droit d’aller au ciel

Valentin Ranger, 2020

Prélude a Genesexus. Chant XY.1 - La Déconfiguration de Vesale Vitruvio

Valentin Ranger, 2021

Prélude a Genesexus. Chant XY.1 - La Déconfiguration de Vesale Vitruvio

Valentin Ranger, 2021

Untitled

Valentin Ranger, 2020

De la chasteté : la ballade de la féroce vulnérabilité 

Valentin Ranger, 2020

Biographie

Encore étudiant aux Beaux-Arts de Paris, l’artiste décrit le paysage qui habite son esprit
comme un “immense opéra”. Avec une formation en théâtre, le jeune homme a d’abord trouvé la confiance de s’assumer tel qu’il était, avant de se heurter aux limites du corps humain. Influencé des fictions populaires et des univers fantastiques des jeux vidéo,
ses personnages agenres aux têtes en coeur incarnent à ce titre les gardiens d’un pays des merveilles hybride. Fantasmagoriques, les créatures dans son oeuvre coexistent en harmonie au point de fusionner leurs corps dans des scènes euphoriques.

Textes

"Les orgies fantasmagoriques de l'artiste Valentin Ranger, théâtres d'êtres en mutation" par Matthieu Jacquet
— Numéro Art, 2021

“À l’orée du 16e siècle, le peintre Jérôme Bosch achevait son Jardin des délices, fascinant triptyque illustrant les mythes chrétiens fondamentaux, de la création d’Adam et Ève dans l’Éden aux horreurs de l’enfer et ses âmes pécheresses. Une œuvre majeure où humains, démons et animaux géants foi- sonnent par centaines dans un décor luxuriant, pris tantôt dans les dérives de la luxure et de la gourmandise, tantôt dans celles de la colère et du châtiment. Quatre siècles plus tard, cette abondance pourrait bien trouver son écho dans le travail de Valentin Ranger : affranchi de la ferveur religieuse de son aîné néerlandais, l’œuvre de ce jeune artiste français fait elle aussi la part belle à la jouissance, au désir et à l’excès. Fantasmagorique, son monde regorge d’arbustes-spermatozoïdes, de femmes-génisses, de fruits phalliques et autres hommes-papillons qui, sans manifester la moindre hostilité, coexistent en harmonie au point de fusionner leurs corps dans des scènes euphoriques.”