Raphaël Barontini - Reiffers Art Initiative
Raphaël Barontini

Raphaël Barontini

Raphaël Barontini est un artiste plasticien français diplômé des Beaux-Arts de Paris et du Hunter College of Art de New York. Il est représenté par la galerie Mariane Ibrahim.

Cape Saint-Maurice et le Dragon

Raphaël Barontini, 2020

Foulard Eweka

Raphaël Barontini, 2020

Allure Saint-Maurice et le Dragon

Raphaël Barontini, 2020

Étendard Néferousobek

Raphaël Barontini, 2020

Chemise talismanique Ogun-Ucello

Raphaël Barontini, 2020

Collerette cosmique Sobek

Raphaël Barontini, 2020

Cape Sun Ra

Raphaël Barontini, 2020

Pégase II

Raphaël Barontini, 2020

Collerette cosmique Néfertiti

Raphaël Barontini, 2020

Cuirasse Typhon Rubis

Raphaël Barontini, 2020

Biographie

Avec une approche très libre, décomplexée et positive, Raphaël Barontini associe et juxtapose selon sa propre narration l’histoire, les cultures et l’humain.
À travers ses créations, il revisite l’histoire de l’art occidental en croisant les cultures et en mettant toujours l’humain au centre de son travail : figure ou acteur. Ses œuvres représentent des sujets historiques ou fictifs d’Afrique et des Caraïbes visant à mettre en avant des récits sous-représentés dans l’histoire de l’art. Les références iconographiques existantes se mêlent à des éléments fictifs pour interroger l’histoire, la complexifier et la réajuster.
L’artiste s’inspire de la “créolisation” et de la philosophie des penseurs des Caraïbes françaises. Ce terme est associé à des intellectuels et des écrivains comme Édouard Glissant et Aimé Césaire, et peut se définir comme un processus de métissage culturel à partir d’images ou de figures prélevées dans différents contextes. Un sujet central revient dans ses travaux : les questions et critiques postcoloniales, où sa démarche invite à explorer de nouveaux imaginaires et des récits riches d’une histoire plurielle.

Ses œuvres ont été exposées dans des galeries et des musées du monde entier.

Textes

“Le fabuleux carnaval de l’artiste Raphaël Barontini au Studio des Acacias” par Thibaut Wychowanok – Livre Soukhos, 2021

“Sa peinture convoque des motifs aussi différents que le dieu crocodile Sobek surgissant du Nil, les cow-boys américains, les rites vaudous caribéens et les héros chevaleresques du Moyen Âge européen. Raphaël Barontini peint, ainsi, à la manière d’un apprenti sorcier culturel puisant à toutes les mythologies. Le syncrétisme revendiqué de sa peinture, hétéroclite et anachronique dans son iconographie, chatoyante et baroque dans son esthétique, forme ainsi un univers ‘avale tout’. Le jeune artiste français originaire d’Italie et de la Guadeloupe se réfère volontiers au concept de ‘créolisation’ de l’écrivain Édouard Glissant. La mise en contact de plusieurs cultures en un endroit du monde – la peinture pour Barontini – envisagée comme une porte ouverte sur des mondes nouveaux, infinis, imprévisibles, dépassant le simple métissage ou la seule synthèse. L’expansion, il en est aussi question dans la forme. Dès sa sortie des Beaux-Arts de Paris en 2009, Barontini délaisse la toile classique pour peindre sur drapeaux, des bannières ou des vêtements portables. La peinture s’offre la troisième dimension : elle se porte, elle se meut lors de performances, elle contamine tout.”